Comment limiter la surtaxe des assurances jeunes conducteurs ?

Nouveau permis de conduire

La joie d’avoir obtenu son "petit papier rose", devenu ces derniers mois un bon pour un permis de conduire sécurisé format "carte de crédit", est vite ternie lorsque le jeune tout juste majeur franchit les portes d’un assureur...qui va l’assommer avec ses tarifs totalement hors budget pour un étudiant, un apprenti ou un jeune travailleur.

L’intérêt de la conduite accompagnée pour l’assurance jeune conducteur

Dans un premier temps, le code en poche et les 20 heures de conduites règlementaires effectuées avec un moniteur d’auto-école, lorsque votre enfant s’apprêtera à démarrer sa conduite accompagnée, il vous faudra demander à l’assurance du ou des véhicules qu’il utilisera l’extension de garantie ad hoc pour votre contrat. En réalité, l’auto-école vous la demandera dès l’inscription du jeune dans son établissement. Il faut savoir que cette extension de garantie est gratuite : votre assureur vous fera donc simplement signer un avenant.

Non seulement la conduite accompagnée augmente les chances d’obtention du permis de conduire du premier coup, limite les risques d’accident statistiquement et confère plus d’assurance au jeune conducteur, mais en plus, ce dernier bénéficiera d’avantages tarifaires auprès des sociétés d’assurance, une fois le permis en poche. Vous me direz : jusqu’où ce montant exorbitant serait-il monté, sinon ?!!! Il faut savoir que la surprime qui est supportée par les conducteurs novices peut atteindre 100 % du tarif de base de l’assurance. Si le jeune a suivi son Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC), la surprime sera réduite de moitié, soit 50 % maximum.

Si durant la première année d’assurance, le jeune conducteur n’a été responsable d’aucun sinistre, il voit cette surprime réduite de 50 % en année 2, et ce ne sera qu’au terme de 2 années sans aucun accident qui aurait engagé sa responsabilité que le jeune pourra prétendre à un tarif "normal", c’est à dire sans surprime.

Faites du jeune conducteur, un conducteur "secondaire" de votre véhicule

Jeune conducteur

Il est fréquent que le jeune titulaire du permis de conduire n’ait pas encore de véhicule avec carte grise à son nom, et qu’il n’ait pas besoin d’une voiture au quotidien. Dans ce cas, afin de limiter à l’avenir ce qu’il devra payer en prime d’assurance lorsqu’il fera l’acquisition de sa première voiture, demandez à votre assureur de le mentionner au contrat comme "conducteur secondaire" de votre véhicule. Ne pas confondre avec "conducteur occasionnel" qui n’apporte pas du tout ces avantages.

L’avenant que votre assurance vous fera signer déterminera une majoration de prime de votre contrat de base. Comme cette majoration de prime est proportionnelle au montant du contrat initial, choisissez de rattacher votre enfant à la petite Modus de madame plutôt qu’au gros 4x4 de monsieur. Non seulement, cela vous permettra de limiter le coût du budget assurance familial, mais en plus le conducteur novice engrangera des années d’ancienneté : après 3 ans ainsi, sans sinistre responsable bien sûr, il pourra prétendre, avec son propre véhicule, au tarif de base d’assurance.

Quoiqu’il en soit, dès que votre grand(e) ado a réussi son examen du permis de conduire, renseignez-vous auprès de votre assureur, et n’hésitez pas à faire jouer la concurrence car les écarts peuvent être très importants concernant la majoration de prime pour ajout de "conducteur secondaire"..

Écrit par K-Pratique le dans Les assurances

Partager ce cas pratique

Commenter ce cas pratique

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : mx29d64krz